BERNARD LAMA « Les hommes politiques doivent comprendre que le football c’est l’opium du peuple, soyez malin les hommes politiques africains donnez le football à vos peuples vous n’aurez même pas besoin de truquer les élections »


Bernard Lama ancien joueur de l’équipe de France et champion du monde 1998 s’entretenu avec nous au stade Bernard Lama de villetaneuse en banlieue parisienne.On le connaît très impliqué dans les projets en Afrique depuis qu’il évoluait au PSG avec un tournoi Bernard Lama qui se jouait au stade Marion de la cité Sic qui avait permis à certains jeunes de venir connaître le monde professionnel, le projet dont il est surtout fière et celui de DIAMBAR qu’il a mis en place avec son ami du RC LENS Jimmy Adjovi-Boco.

Afrikafoot.fr: Le Diambar a été précurseur dans presque tous les domaines surtout dans le sport étude et même le football Féminin dites d’où part ce projet Diambar ?

Bernard Lama: Diambar part de notre vécu celui de Jimmy Adjovi-Boco et moi, on a pas un vécu classique de footballeurs, à dix-huit ans on était pas encore dans circuit professionnel , quand on se retrouve footballeur professionnel à 28 ans , on s’est parlé et on voyait la situation sur le continent africain aussi , avec l’exploitation des jeunes avec la fuite des talents , on a pensé à créer une académie qui permettrait aux jeunes d’aller vers leur rêve de footballeur professionnel et qui nous  permettrait aussi de sécuriser leur avenir « L’ÉCOLE ».

On a créé l’académie Diambar en prenant des jeunes pendant 5 ans qui ne payent pas qui vont à l’école et jouent au football et on leur a expliqué qu’ils devraient s’intéresser aux études parce que nous avions les chiffres sur une promotion de 20 jeunes il n’y a que 1 qui réussit et le reste qu’est-ce qu’ils deviennent ? Nous ne voulions pas avoir des gamins qui du jour au lendemain se retrouvent sans avenir.

Bernard Lama champion du monde avec la France.

Afrikafoot.fr : En plus 20 ans quel est le bilan de Diambar ?

B.L: Sportivement on a eu tous les titres qu’on pouvait avoir au Sénégal c’est à dire champion du Sénégal, vainqueur de la coupe nationale, aujourd’hui on doit avoir 4 ou 5 joueurs qui ont participé à la dernière coupe du monde en Russie, on a globalement 80% de réussite aux examens , on a un jeune manager qui dirige l’académie de Diambar dans le domaine administratif, qui a fait des études aux États Unis, on est en partenariat avec une école de commerce au Sénégal, sorti de Diambar les gamins sont orientés vers les universités , soit vers les clubs au Sénégal où à l’étranger.

On a eu aussi Diambar en Afrique du Sud où Sportivement ça s’est bien passé on a eu un joueur comme Mo Bothiba qui joue à Strasbourg, et d’autres qui jouent dans le championnat local et en université avec des bourses, on s’est toujours attaché au volet éducatif c’est le cas d’ali Souleymane qui était Talibé( un enfant de la rue ) et aujourd’hui qui est ingénieur informatique.

L’idée de Diambar c’est de montrer aux jeunes africains qu’ils peuvent s’en sortir par eux-mêmes et qu’ils n’ont pas besoin de passer par des réseaux esclavagistes pour venir terminer dans la rue en Europe.

Afrikafoot.fr : nous sommes dans le cadre la commémoration de l’abolition de l’esclavage qu’est-ce que le sport apporte dans cet événement ?

B.L: un homme qui n’est pas éduqué il ne saura pas d’où il vient , il saura pas où il va, donnons l’éducation à nos enfants ils auront plus de chances de se débrouiller dans la vie.

C’est vrai qu’on est dans la commémoration de l’abo de l’esclavage on se demande si l’esclavage est vraiment terminé, disons qu’il a pris d’autres formes  mais je pense qu’il n’est pas terminé et nous en sommes les responsables sur le continent africain. Aujourd’hui nous avons accès à toutes les informations qu’il faut , on est capable par nous même de développer nos pays , on ne peut plus faire de reproches aux autres , nous sommes indépendants, maître de nous , c’est aussi pour cela qu’on a créé Diambar car l’idée c’est de montrer que les africains peuvent par eux mêmes de s’en sortir pas besoins des autres, tous les inventeurs aux Monde sont noirs, plus de se complexer, le football est un vecteur de paix regardez la forme du ballon de football c’est rond comme le monde et vous imaginez qu’en plein guerre froide il y a eu match iran- usa en coupe du monde c’est aussi ça le message qu’on transmet aux jeunes à Diambar.

Afrikafoot.fr : Que pensez-vous d’une coupe d’Afrique des Nations à 24 équipes ?

B.L: Le problème c’est pas le nombre d’équipes, pour moi c’est la formule,les pays qui vont recevoir la compétition et tout ce qui se passe terme d’organisation, le budget alloué à la compétition, les moyens logistiques.

On organise la coupe d’Afrique des nations tous les deux ans mais le football est mal organisé sur le continent , il y a pas d’infrastructures, pas stades mais on veut organiser la CAN pour quel objectif ? Il y a 20 ans quand débutait le projet Diambar au Sénégal il y avait pas de stade et aujourd’hui c’est pire.

Les hommes politiques doivent comprendre que le football c’est l’opium du peuple, soyez malin les hommes politiques africains donnez le football à vos peuples vous n’aurez même pas besoin de truquer les élections.

afrikafoot Administrator
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
afrikafoot Administrator
Sorry! The Author has not filled his profile.





   |   

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CHRONOS


1 2
3
4
5 6
7 8
9
10
11
12
13 14
15
16
17
18
19 20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30