Pourquoi l’Afrique peut briller au Mondial 2022


Après le sacre des Fennecs algériens cet été lors de la CAN égyptienne, le football africain est de retour : notre précieux continent entame cette semaine les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022, la chère et tendre édition qatarie.

Une vraie interrogation se présente, vu la variété des équipes que nous avons pu observer cet été : une sélection africaine est-elle capable d’arriver en demi-finale de la Coupe du Monde 2022 ?

Espoir : Algérie, Sénégal

L’équipe nationale d’Algérie a remporté la 32ème Coupe d’Afrique des Nations avec brio. La sélection drivée par Djamel Belmadi a été la meilleure sur de nombreux plans, sans contestation possible : vraie gestion des temps faibles, flexibilité tactique (une première depuis très longtemps, en ce qui concerne les Verts), discipline d’équipe, des hommes forts qui ont répondu présents (Mahrez, Mandi, Guedioura, Feghouli …) et de très belles révélations (Bennacer, Belaïli, Boudaoui). Sans parler de l’identité de jeu soyeuse apparue lors de plusieurs matchs (Guinée, Kenya, Sénégal au premier tour). Dans le contexte de la première Coupe du Monde arabe, il est plausible de penser que les Fennecs auront capacité et envie de se sublimer comme jamais. Au point de réaliser la meilleure performance africaine de l’histoire de la Coupe du Monde ? Pourquoi pas. C’est peut-être l’équipe du continent qui a le plus de vertus techniques, tactiques et de courage. Trois qualités essentielles, qu’avait, par exemple, le Ghana de 2010. Jusqu’à la main de Luis Suarez.

Une autre équipe est de retour au premier plan : les Lions du Sénégal. Finalistes malheureux de la dernière CAN, la marge de manœuvre des coéquipiers de Sadio Mané tient à une question : est-ce qu’Aliou Cissé va évoluer tactiquement ? Le vivier semble, comme souvent avec les Sénégalais, énorme. Mais la capacité de réaction, en cours de match, de l’ancien capitaine laisse dubitative, à l’image de ce milieu de terrain totalement désorganisé et submergé en seconde mi-temps face aux Algériens. La CAN camerounaise sera un révélateur, après l’élimination au premier tour du Mondial 2018 et la finale bâclée de cet été.

Inconnue : Nigeria, Egypte, Mali, Ghana

Le Nigeria, après avoir manqué les éditions 2015 et 2017 de la CAN, a réalisé une belle compétition, puisque défait par le vainqueur algérien en demi-finale, au bout du temps additionnel (1-2). Qu’on l’aime ou pas, le Franco-Allemand Gernot Rohr a remis de l’ordre dans la maison. L’équipe a trouvé une véritable discipline tactique, symbolisée par l’abattage et la maîtrise au milieu de terrain du duo Wilfried Ndidi-Oghenekaro Etebo. La marge de progression de cette équipe se situe surtout devant : avec la retraite d’Ighalo, qui le remplacera en pointe ? Comment vont évoluer Chukwueze, Iwobi, Osimhen et Onyekuru ? Qui sera le titulaire dans les buts ? Daniel Akpeyi, qui vient d’avoir 33 ans, ou Francis Uzoho, qui est apparu fébrile lors du Mondial 2018 ? Maduka Okoye, le nouvel espoir du poste (20 ans), né en Allemagne ? Le problème des Super Eagles a toujours été structurel. Quand tout va bien, comme en 1994 (victoire face à la Bulgarie de Stoichkov au premier tour, défaite en huitièmes contre l’Italie, future finaliste), 1996 (or aux Jeux Olympiques) ou 2008 (finale des JO perdue contre l’Argentine de Messi et Di Maria), l’équipe du Nigeria est un des plus grands potentiels du football international. Quand tout va mal, les Ouest-Africains manquent deux compétitions continentales de suite, après un titre en 2013. Dans la constance sportive, denrée rare dans le pays de Jay Jay Okocha, réside la réponse à cette question.

L’Égypte est en pleine tourmente après sa disparition en huitièmes de sa CAN, face à l’Afrique du Sud (0-1). Javier Aguirre a été remercié manu militari et la secousse sismique au sein du football égyptien a été violente. Est-ce que le retour annoncé d’Hassan Shehata, l’homme des 3 CAN consécutives (2006, 2008, 2010) suffira ? Hossam El Badry, Hossam Hassan, Ahmed Hossam Mido, et Ehab Galal sont les autres favoris … Il faudra, de toute manière, plus d’idées dans le jeu aux Pharaons pour jouer leur 4ème Coupe du Monde et y performer. Leur dernière édition était passable (élimination au premier tour), et Mohamed Salah ne peut pas tout faire dans une équipe. Sadio Mané le sait mieux que quiconque …

Le Mali est une des équipes les plus prometteuses du continent, et a affiché une étonnante maturité tactique et technique ces derniers mois, cornaquée par le boss Mohamed Magassouba. Moussa Marega, « Noss » Traoré, Diadié Samassekou, Youssouf Koné ou encore Hamari Traoré portent beaucoup d’espoir sur le continent, à raison. Mais auront-ils la maîtrise émotionnelle et mentale pour jouer, dans un premier temps, leur première Coupe du Monde ? L’élimination surprise face aux Ivoiriens à la CAN va laisser des traces. Mais le talent, la profonde union et la discipline de cette équipe peuvent l’amener loin.

Le Ghana est une des inconnues les plus prononcées. Sans idées lors de cette CAN, l’évolution des Black Stars va dépendre de leur capacité à se renouveler. Le Ghana a également manqué la dernière édition de la Coupe du Monde de la FIFA, après avoir participé aux éditions de 2006, 2010 et 2014. Le potentiel existe, cependant, avec Ofori, Agbenyenu, Partey, Agyepong et Kwabena. André Ayew, le patron, l’âme de l’équipe, aura 33 ans en décembre 2022.

Probabilité faible : Madagascar, Tunisie, Cameroun

L’équipe de Madagascar a été une des sélections les plus attractives et les plus passionnantes de la dernière CAN. Nicolas Dupuis et ses Barea ont réalisé une parcours exceptionnel lors du tournoi, avant de lourdement chuter face à la Tunisie (0-3), durement éprouvés physiquement. Si la qualité de leur football a agréablement surpris, l’équipe malgache compte énormément de joueurs évoluant dans les divisions inférieures de championnats professionnels, et l’immense majorité des tauliers de l’équipe sont au moins dans leur 30ème année (Métanire, Mombris, Andriatsima, Nomenjanahary, Amada, Abel, Razakanantenaina, Carolus). Il semble présomptueux de miser sur une équipe qui a explosé au bout de son 5ème match de tournoi, et qui aura presque 3 ans de plus au Qatar. Une qualification serait déjà un très bel aboutissement pour cette sélection à la qualité de jeu léchée.

La Tunisie évolue dans un total flou depuis plusieurs années. Demi-finaliste du tournoi en ayant gagné un seul match contre les Barea justement, l’équipe des Aigles de Carthage s’est séparée de son entraîneur français Alain Giresse, très décrié pour le manque de relief de son équipe sur le terrain et pour son management (qui a plusieurs fois paru limité et inadéquat, notamment dans la gestion de ses gardiens). Mondher Kebaier a remplacé l’ancien milieu de terrain tricolore il y a quelques jours ; il faudra déjà voir si sa fédération lui laisse le temps de s’installer dans ces fonctions. Kebaier est le 4ème sélectionneur de l’équipe nationale de Tunisie en moins de 3 ans.

L’énigme suprême reste l’équipe du Cameroun. Terrain en friche depuis son absence aux CAN 2012 et 2013, l’encadrement de l’équipe d’Eric Choupo-Moting a licencié son duo d’entraîneurs Seedorf-Kluivert après l’épopée égyptienne, alors que le style de jeu de l’équipe était brouillon, mais pourtant encourageant. Qui sera le remplaçant du duo néerlandais ? Continuera-t-il dans cette voie ? Ou reviendra-t-il à un style plus pragmatique comme Hugo Broos, qui a certes permis aux Lions Indomptables de remporter la CAN 2017, mais leur a fait manquer le dernier Mondial, faute d’idées ? Le temps du quart de finale de la Coupe du Monde 1990 face à l’Angleterre, ou encore de la finale de la Coupe des Confédérations 2003 (avec de solides prestations face au Brésil, la Turquie de Rustu, Tuncay et la France) semble lointain. Très lointain.

Bruno AHOYO

Bruno AHOYO a démarré sa carrière de journaliste en 2009, à 17 ans, au sein du service des sports de la RTBF. Il collabore actuellement avec DAZN, CANAL+, STAD’AFRIC et VOICE OF AMERICA. 

afrikafoot Author
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
afrikafoot Author
Sorry! The Author has not filled his profile.





   |   

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CHRONOS


1 2
3
4
5 6
7 8
9
10
11
12
13 14
15
16
17
18
19 20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30