Le coach de l’AS V.Club, Jean-Florent Ibenge Ikwange pousse de nouveau un entraîneur à la sortie. Dans le collimateur, le désormais ex-coach d’Al Masry d’Egypte, Hossam Hossan, qui a déposé sa démission au Conseil d’administration du club, après le revers de Kinshasa, au stade des Martyrs. Une décision que le club s’était d’abord opposé, le lundi dernier avant de l’approuver mercredi 31 octobre. Les Aigles blancs avaient courbé l’échine 4-0, lors de la demi-finale retour de la Coupe de la Confédération, face aux Dauphins noirs de la capitale.

Ça sent le roussi dans le nid des Aigles blancs d’Al Masry. Les rapaces d’Egypte déplumés au stade des Martyrs il y a de cela une semaine par les Dauphins noirs de Kinshasa, n’arrivent pas à avaler la pilule amère.

Ibenge fait de nouveau une nouvelle victime parmi ses collègues. La légende du haut de ses trois Coupe d’Afrique des Nations (CAN) ne déroge pas à la règle.

Un bon nombre de techniciens ont quitté leur staff technique à cause du rouleau compressor Ibenge tant au club qu’en équipe nationale: le français Philippe Troussier du CS Sfaxien et l’ écossais, Stuart James Baxter de Kaizer Chiefs, tous deux lors de la Ligue des Champions 2014 ; l’espagnol Javier Clemente à la tête de la Libye (4-0) pour le compte des éliminatoires du mondial Russe 2018 ;le malgache Frank Rajaonarisamba, lors de la raclée face aux Léopards (6-1) au Madagascar pour ne citer que ceux-ci.

Le tempétueux, Hossam Hossan a rendu le tablier quelques jours après l’élimination du club, pareil pour son frère jumeau, Ibrahim qui faisait également parti du staff technique.

Une démission annoncée dans la foulée mais le Conseil d’administration s’était d’abord farouchement opposée. 48 heures après, rétropédalage, les dirigeants entérinent les désidératas du recordman de nombre de buts en équipe nationale chez les Pharaons (69 buts en 176 sélections).

Arrivé depuis juillet 2015 à la tête du staff technique, il est remplacé par Mimi Abdel Razik.

Le tandem Hossam et Ibrahim Hassan rejoint le richissime club de Pyramids Football Club (D1 égyptienne). Ce, en remplacement du technicien argentin, Ricardo La Volpe.

Hossam Hassan était l’homme-orchestre de la violence face à V.Club en C2. Une pléthore d’objets saccagés aux abords de l’aire de jeu notamment les panneaux publicitaires du sponsor de la CAF, et dans le vestiaire occupé par les Egyptiens, à savoir des chaises en plastique, des tables, le frigo…

Une lourde sanction est inéluctable de la part de la Commission de Discipline de l’organe faitier du football africain, en vue de décourager ce manque de fair-play et ces actes de vandalisme.

Le 1er février 2012, le drame de Port Saïd, a causé la mort à 74 personnes et un millier de blessés. Al Masry dans ses installations avait battu le club le plus titré du pays, Al Ahly SC.

Partager sur

Laisser un commentaire